État Lire entre les lignes

A l’heure où les américains votent pour Hillary ou Donald, il est encore temps de nous pencher sur les programmes des candidats à la présidentielle, du moins des candidats à la “Primaire de la Droite et du Centre”. Leurs propositions ont-elles pris en compte le domaine de lutte “Amphibie” ? Savent-ils ce que c’est ? Un aperçu rapide et non exhaustif des différents déclarations, vu sous l’angle Amphibie.

De prime abord, et en introduction, l’ensemble de ces 7 candidats s’accordent sur le chiffre de 2% du PIB, chiffre relativement facile à définir puisque c’est une recommandation otanienne du sommet de Newport en 2014. Seul Jean-Frédéric Poisson prévoit 2,5% du PIB quand François Fillon se contente de 1,9%. Les différences se jouent uniquement sur des jeux d’écriture, certains précisant que c’est “pensions comprises” (Nathalie Kosciusko-Morizet) ou pas, pour Bruno Le Maire, et sur la date effective de ces 2% de 2017/2018 pour Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno Le Maire et Jean-Frédéric Poisson à 2025 pour messieurs Juppé et Sarkozy.

Passée la présentation de ce chiffre, qui n’est pas une surprise, les candidats parlent-ils de l’Amphibie ? Et bien dans ce domaine, c’est tout d’abord Alain Juppé qui se distingue en évoquant les accords de Lancaster House, accords de 2010 qui ont permis de mettre en place la CJEF franco-britannique (Combined Joint Expeditionary Force). Alain Juppé affirme la nécessité d’autres accords de ce type au niveau européen notamment avec l’Allemagne (on s’éloigne de l’Amphibie…). Il souligne les lacunes en terme matériel notamment « Véhicules Blindés terrestres », exemple repris par Nathalie Kosciusko-Morizet.

Tous les candidats ont conscience du besoin de posséder « tout le spectre des actions militaires » évoqué par Nicolas Sarkozy, de « développer un modèle d’armée complet »(Alain Juppé) compte-tenu de la position de la France. On peut y voir, entre les lignes, une certaine évocation des opérations amphibies puisque les exemples repris par tous sont les opérations récentes en Libye, au Mali et en Syrie. Ils s’accordent également tous sur la nécessité de remplacer le matériel vieillissant, peut-être avec une petite pensée pour le VAB ?

Cependant 2 candidats se détachent car conscients de l’intérêt de la chose navale. Si Jean-Frédéric Poisson paraît un peu utopiste quand il parle de lancer le projet d’un troisième porte-avions (rappelez-vous, c’est également lui qui parle des 2,5 % du PIB), Bruno Le Maire est le seul à écrire que la France « doit être une grande puissance Maritime ! », et donc entre les lignes avec une puissance amphibie forte. Ce qui fera bien évidemment plaisir aux marins mais démontre également qu’il est le seul à avoir pris conscience de l’intérêt de la mer dans les opérations militaires et de l’intérêt d’un PA2.

Dans leur globalité, les programmes des candidats restent flous sur leurs promesses, et il est bien difficile d’y entrevoir un intérêt pour les opérations amphibies, si ce n’est l’allusion aux accords de Lancaster House. On pourra juste noter qu’à travers son « contrat présidentiel », Bruno Le Maire a chiffré et déterminé l’intégralité des investissements militaires sans pour autant évoquer le combat amphibie. Il est par ailleurs le seul à conclure sur un autre sujet cher à l’auteur de ce blog , la participation du militaire au débat publique, mais nous sortons du sujet…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s