État Les lettres de noblesse de l’Amphibie, ou le mal-aimé des penseurs

Il est des domaines de lutte prestigieux : la lutte anti-aérienne en fait partie. La valeur des officiers de cette spécialité est reconnue, et c’est légitime. Elle requiert rapidité d’action, de décision, et des connaissances solides et certaines notamment en ce qui concerne le matériel. C’est un peu oublier que le Crabe Tambour tant vanté à l’Ecole Navale servait dans une division navale d’assaut en Indochine…
En créant ces distinctions, en créant ces classes d’élite, et en oubliant dans le dernier quart du XXème siècle la dominante Amphibie, on s’est privé d’un savoir-faire immense qu’ont su conserver de leur côté les Britanniques, les Espagnols et les Italiens. Il n’y a qu’à faire une recherche sur le site de la RDN (Revue de Défense Nationale) pour constater que peu s’y intéresse : 10 articles se battent en duel depuis 70 ans dont le dernier de 2014 – excellent article dont la lecture est à recommander – écrit par un officier hollandais qui tend à nous faire penser que la réflexion sur le domaine est loin d’avoir atteint sa vitesse de croisière. Sur le site, aucun article écrit dans les années 80-90, comme si l’Amphibie avait disparu des écrans de contrôle qu cours de cette période.
Et pourtant l’Amphibie, à l’instar des autres domaines de lutte, nécessite de belles qualités, et des connaissances spécifiques : des capacités de planifications, de compréhension du milieu interarmées, des connaissances techniques approfondies tant sur les bâtiments amphibies que sur les matériels déployés par l’Armée de terre, par l’ALAT, etc. A titre d’exemple, la complexité des opérations amphibies est telle que la formation spécifique au sein de l’armée espagnole dure une année entière. En d’autres termes, l’amphibie présente une complexité folle et à la fois intellectuellement fascinante. Existe-t-il d’autres domaines navals où la réflexion est nécessairement interarmées et interallliées ? Quel autre concept militaire écrit noir sur blanc « mettant en œuvre une force interamée » et précise que cette mise en œuvre « peut avoir lieu dans un cadre national comme dans un cadre multinational » (Cf. Concept National des Opérations Amphibies).
Elles sont ici les lettres de noblesse des opérations amphibies : elles sont non seulement un atout tactique indéniable pour toute opération moderne, comme elles le furent pour les opérations passées mais également un outil diplomatique, un outil de cohésion interarmée, une voie sûre de développement de la défense européenne aussi, à la condition de poursuivre son développement au sein de l’Armée de terre et de la Marine. Il y a beaucoup à faire, beaucoup à penser et les zones de conflit actuelles ne peuvent que renforcer cette impression.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s