L’amphibie, un axe de développement européen

Lorsque l’on parle d’amphibie et d’Europe, on pense immédiatement à l’Initiative Amphibie Européenne. Depuis fin 2000, l’IAE regroupe 5 pays européens ( France, Royaume-Uni, Pays-Bas, Espagne, Italie) autour d’une volonté unique : après différentes étapes dont l’harmonisation des procédures, parvenir à une structure de commandement et de contrôle multinationale dans le domaine amphibie. Une ambition commune se cache derrière cette stratégie, celle d’un commandement de force à l’échelle européenne, et regroupant Marines, Armées de terre et Armées de l’Air.

Pourtant, l’arrivée des négociations du Brexit, même si elles nous promettent d’être moins âpres que prévues, devrait perturber ces plans ou du moins ralentir l’engouement actuelle de la perfide Albion pour ses voisins continentaux. Les britanniques n’ont pas dévoilé entièrement leur jeu vis à vis de leur sortie de l’Union européenne, mais il faut s’attendre à un net recul de leur participation dans les affaires de Défense, ne serait-ce que par l’abandon du traité de l’Union européenne et par voie de conséquence de son article 42-7 prévoyant l’assistance militaire. L’IAE entre dans le domaine des accords multilatéraux qui ne devraient pas être impactés comme l’affirmait Francois Hollande peu de temps après le vote britannique en 2016. Pourtant la Grande Bretagne va devoir faire un choix pour répondre à ce paradoxe : peut-on mener des exercices avec des alliés OTAN sous une étiquette européenne ? Son choix pourrait alors se porter sur une participation plus forte aux manœuvres exclusivement OTAN, au détriment de ses coopérations européennes, afin de démontrer le caractère résolu du Brexit.

Il ne faut pourtant pas voir la sortie de la Grande Bretagne comme une catastrophe : c’est une formidable opportunité pour poursuivre l’idéologie de l’IAE. En effet, si les britanniques étaient farouchement opposés à la création d’un quartier général européen, leur sortie va permettre une sérieuse mise à jour des plans : et quoi de mieux que le domaine amphibie pour fédérer les pays et les armées ? C’est en effet un domaine où chacun peur apporter une contribution, aérienne, terrienne, marine, à hauteur de ses moyens, autour des grandes nations amphibies que sont l’Espagne, l’Italie et la France. En cela l’IAE est un outil efficace qui va permettre – quelle que soit la volonté britannique à son encontre – d’utiliser les concepts déjà fortement éprouvés depuis une quinzaine d’années, pour jeter les bases d’une coopération plus forte entre l’ensemble des pays européens et renforcer la récente création du quartier général européen.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s